jeudi 24 décembre 2009

UK. Cinéma. Le cinéma anglais existe-t-il?


Dans les années 60, dans une célèbre interview avec Alfred Hitchcock, François Truffaut se demandait à haute voix "s’il n’y a pas incompatibilité entre le mot cinéma et le mot Angleterre". Un autre grand cinéaste français Jean-Luc Godard a écrit pour sa part dans ses "histoires du cinéma" que "Les Anglais ont fait ce qu'ils font toujours dans le cinéma, rien".

(A noter que cette version de mon article sur le cinéma britannique n'est plus à jour. Merci de vous rendre sur mon site consacré au cinéma british pour la toute dernière version de cet article)




3 commentaires:

Valérie a dit…

attention Terry Gilliam est americain! Les films que tu cites sont bons, voir très bon, mais majoritairement je suis d'accord avec Truffaut les anglais ont tendance a tenter d'atteindre la perfection visuelle et leurs films ne respirent pas! la grande Bretagne a de grands films mais pas de grands courants cinématographique , ça n'est pas une nation cinéphile, lorsqu'en france 20 films sortent chaque semaine à Londres il en sort 7 et la critique cinéma si tu lis sight and sound, time out ou little white lies reste assez antique, basée majoritairement sur la morale, le scénario et l'esthetique,et des à-priori mal digéré de critique truffaldienne sans toutefois être capable de proposer une critique plus globale!

Nicolas Botti a dit…

Cela fait déjà un certain temps que Terry Gilliam a pris la nationalité anglaise. Et "Brazil" était un film anglais réalisé par un américain. De la même façon que Psychose est un film américain réalisé par un anglais.

Le cinéma anglais a souffert des coups du cinéma américain depuis le début et de la qualité des fictions télé anglaises (un problème totalement inconnu en France!), et aussi du manque de subventions.

Le cinéma français produit beaucoup, mais qu'en est il de la qualité? Combien de fois je me dis "oh non pas un film français!" (et je ne suis pas le seul - enlèvons les comédies gentillettes, les films auteuristes-autistes et les productions de Luc Besson, et il reste quoi au juste?). J'exagère un peu mais à peine.

Enlevons les aides du CNC aux films français et voyons combien de films on produit encore à la fin de l'année!

Le fait que les Anglais aient produit moins de courants et de théories que les français ne me semble pas un inconvénient.

Le cinéma anglais s'est tout simplement beaucoup exprimé aux USA. Retirez les comédiens et réalisateurs anglais d'Hollywood et ça fait du beau linge en moins!

Enfin, je ne trouve pas que "Sight and sound" soit largement inférieur aux "Cahiers", et je n'ai pas grande estime particulière pour les critiques des Inrocks, Libé ou Télérama...

Nicolas Botti a dit…

Pour être précis Terry Gilliam a pris la double nationalité en 1968 et a abandonné la nationalité américaine en 2006.