vendredi 28 novembre 2008

TV. UK. "Shameless", "Skins" dans la tradition britannique du réalisme social



Deux séries anglaises parlent du quotidien des jeunes. Et elles n'y vont pas avec le dos de la cuillère. Dans les deux cas, on est plus près de l'ambiance "Trainspotting" que d' "une famille formidable".

Dans "Skins", diffusée sur E4 (la petite soeur numérique de Channel 4) puis en France sur Canal Plus, on a droit à une galerie de portraits d'adolescents en pleine crise et d'adultes complètement paumés. On y parle crûment de sexe, de drogue, de la réalité sociale... (voir l'entrée de mon blog sur la série).

"Shameless", une série Channel 4 et diffusée en France sur Virgin 17, créée par le scénariste renommé Paul Abott, est tout aussi trash. On y suit la vie au quotidien d'une famille de six enfants abandonnés par leur mère et (non) élevés par leur père alcoolique.

Les deux séries sont de très grands succès critiques et publics et s'inscrivent avec talent dans la tradition du réalisme social à la télé britannique. Tradition amorcée dans les années 60 avec des chefs d'œuvre comme "Up the junction", "Cathy come home" ou encore "Diary of a young man".

Deux noms en pariculier ont participé à la fondation de cette tradition : le scénariste Troy Kennedy Martin (créateur de la série policière ultra réaliste Zcars en 1962) et Ken Loach (futur réalisateur de chefs d'oeuvre engagés du cinéma british). Et quarante ans plus tard, force est de constater que les Britanniques restent les meilleurs quand il s'agit de décrypter la réalité avec une exactitude quasi chirurgicale tempérée par une bonne dose d'humour irrévérencieux.

1 commentaire:

Bassett a dit…

Merci pour ce blog que je suis avec plaisir...